L’Eurobasket 2013 de l’équipe de France

Il manquait un grand titre à l’histoire de l’équipe de France de basket. Elle est devenue championne d’Europe en allant s’imposer face à la Lituanie. Tony Parker et les siens ont remporté leur première médaille d’or au terme d’un match qui ne souffre d’aucune contestation, tant les Français ont survolé cette finale.

Punis d’entrée par l’Allemagne, les bleus ont su resserrer les rangs afin de se qualifier pour le second tour. En nette progression, bien que souvent malmenés, la France se qualifie dans la douleur et accède aux quarts de finale.

Slovénie-France : 62-72

À l’issue d’un match particulièrement tendu, la France décroche son billet pour les demi-finales. Indécis jusqu’à la fin et malgré 10 points d’écart, les bleus ont dû livrer une prestation engagée tant la Slovénie leur a donné du fil à retordre. En cause, une combativité de tous les instants. De l’engagement et du sang-froid ont été nécessaires pour arracher cette victoire et sans l’expérience de Tony Parker, le match aurait pu connaître une autre issue. En effet, ce dernier a pris les choses en main en accélérant dans le troisième quart-temps en infligeant douze points aux Slovènes ce qui permettra au collectif de prendre le dessus dans tous les secteurs du jeu.
La défense des bleus s’est montrée intraitable puisqu’elle a joué parfaitement son rôle en stoppant les ballons adverses, en récupérant les ballons pour mener à bien les offensives. Au final, la France conserve son écart et se qualifie pour les demi-finales pour y rencontrer l’ogre Espagnol, vainqueur de la Serbie.

France-Espagne : 75-72

Un match fou, dantesque, mémorable, les qualificatifs ne manquent pas pour illustrer ce match qui avu la bande à Parker se qualifier pour la finale, la deuxième consécutive, la troisième de son histoire. Depuis sept ans, l’Espagne demeurait la bête noire de la France en lui faisant vivre souvent, un cauchemar sans nom. Les Français ont su inverser la tendance alors qu’ils étaient menés de 14 points, en raison d’une première période catastrophique sur le plan offensif. Dès l’entame de match, les bleus se sont montrés fébriles à l’image d’une défense aux abois conjuguée la maladresse des offensives Françaises. À l’image d’un Boris Diaw inefficace et d’une réussite incroyable de la Roja dans les shoots à 3 points, la France se voit infliger un 13-0 et être distancée largement avant la pause. Le score est alors de 34-20 en faveur des Espagnols.
Mais un tout autre visage se dessine sur les visages des bleus après la pause, déterminé à rester au contact de l’Espagne. La défense se montre enfin efficace et Antoine Diot passe deux paniers à 3 points leur permettant de combler leur retard. Ils sont à ce moment de la partie en pleine euphorie et malgré la résistance des Espagnols, les Français, à deux minutes de la fin du temps réglementaire, passent devant d’un tout petit point. Les deux équipes se rendront coup pour coup pour finir sur un score de parité (65-65), et les acteurs à l’unisson entameront la prolongation. Elle fut défensive et tactique. Les Espagnols pourtant si sereins, ont commencé à douter. La défense tricolore a haussé le ton et grâce à une bonne maîtrise de ses nerfs et une meilleure réussite aux lancers, la France arrache la victoire et s’offre la finale.

France-Lituanie : 80-66

Ils l’on fait et ils peuvent être fiers. Les bleus sont sacrés champions d’Europe en venant à bout de la Lituanie avec un score sans appel (80-66). Une première mi-temps solide avec un Nicolas Batum des grands soirs, les Français ont vite creusé l’écart. En cause, 17 points marqués en première mi-temps permettant à l’ailier des bleus de lancer la finale. Présents aux rebonds et adroits aux lancers, les Français s’adjugent 16 points d’avance au premier quart-temps. Les Lituaniens ne s’en remettront pas. À la pause, le score est sans appel (50-34). Le collectif Français bien en jambe et sans doute très motivé, ne se relâche pas et continue à investir la surface adverse. L’écart se creuse davantage et les offensives se font plus cinglantes, laissant la Lituanie au bord de l’asphyxie. La victoire ne leur échappera pas et ils remporteront cette finale haut la main sur un score large, démontrant ainsi la suprématie Française. Les bleus sont enfin sur le toit de l’Europe.