La qualification : et après ?

Alors qu’un sondage nous révélait que seul 38% des français croyaient en la victoire de l’Equipe de France, cette dernière a réalisé l’exploit en gagnant au Stade de France (3-0) après s’être inclinée en Ukraine (2-0) empochant ainsi sa qualification pour le Mondial 2014.

L’exploit : un début difficile mais une victoire à la clé

En effet, jamais dans l’histoire des barrages d’un Mondial, une équipe ne s’était qualifiée après avoir perdu 2-0 au match aller. Mais avant cette victoire, le chemin n’avait pas été de tout repos. Les Bleus étaient tombés sur plus fort qu’eux dans un groupe compliqué avec l’Espagne à vaincre pour objectif. C’est logiquement que les joueurs de Didier Deschamps ont disputé les barrages. Le tirage au sort offrait l’Ukraine à la France, lui évitant par la même occasion d’affronter le Portugal. Mais l’histoire fut vraiment différente. De mauvais choix tactiques et un manque d’engagement et d’agressivité dans les duels coûtent chers : 2-0 score final. L’addition est lourde. Alors que rares étaient ceux qui y croyaient encore, des Bleus méconnaissables vont s’imposer 3-0 au Stade de France et ainsi empocher une qualification méritée. Portés par un public en feu, ils ont empêché littéralement les Ukrainiens de respirer  en gagnant les duels, se montrant beaucoup plus créatifs et engagés . Mais malgré cette victoire, nombreux se posent la question des chances de l’Equipe de France dans la suite de la compétition…

Qui pour le Brésil ?

De nombreuses leçons sont à retenir de cette épreuve et notamment la nécessité de mettre de l’engagement et de ne pas s’appuyer uniquement  sur son joueur star : Franck Ribery. Si ce dernier est presque assuré (sauf en cas de blessure) de s’envoler pour le Brésil, ce n’est pas le cas de tous et de nombreux joueurs ont gagné (ou perdu) des points précieux lors des deux dernières confrontations. Le 11 du match aller a amoindri considérablement ses chances : on pense surtout à Samir Nasri qui, malgré une concurrence très rude, a perdu de nombreux points mais également à la charnière centrale très faible au match aller et redoutable au match retour à l’image du Varane ou d’un Sakho remonté à bloc. Le choix du groupe final est remis à Didier Deschamps qui reste, pour l’instant, sur un bilan plutôt mitigé. C’est sur lui que repose une partie de l’avenir de l’équipe et ses choix seront cruciaux pour la suite de la compétition. Mais face à qui devra-t-il aligner sa sélection ?

 Un tirage décisif

Le  3 décembre se réunit la commission d’organisation du Mondial. Celle-ci pourrait choisir une répartition proche de celle de 2010.

Si l’on suit la logique du système mis en place cette même année, la France en tant que pays le moins bien placé au classement Fifa, serait confrontée aux deux équipes Sud-Américaines non têtes de série (Chili et Equateur) et de toutes les équipes représentantes de la zone Afrique (Côte d’Ivoire, Nigeria, Ghana, Algérie et Cameroun). Mais ce ne sont que des suppositions et les Bleus pourraient très bien se retrouver dans un groupe où ils seraient opposés au Brésil, aux Pays-Bas et au Mexique ! Autant dire mission impossible si elle ne montre pas autre chose sur le terrain.

On peut donc être certain qu’une grande partie de l’avenir de cette équipe durant cette Coupe du Monde se jouera bien le 6 décembre, lors du tirage au sort…et peut-être augmenter ses chances de  rééditer l’exploit de 1998 ?

Karim Benzema Barrages Coupe du Monde

Karim Benzema face à l’Ukraine

Quel que soit le tirage, il faudra que cette équipe se montre à la hauteur pour récupérer le cœur de supporters qu’elle a longtemps déçu (près de huit français sur dix ont une mauvaise opinion de leurs joueurs) par son attitude que cela soit sur le terrain ou en dehors et redorer son statut historique de « grande nation du football ».